mercredi 8 juillet 2009

Salut mon Joe

Une page de ma courte existence de sportif de salon va se fermer avec la retraite de l'un de mes idoles la capitaine Joe Sakic.

Dès ses premiers coups de patin avec les Nordiques, il avait conquis mon coeur. Je me souviendrai toujours d'un match lors du temps des fêtes contre une équipe soviétique où il avait été magistral et dès ce moment il était en voie de devenir l'un des grands joueurs de centre de la LNH.

Je me souviens aussi lors d'un camp d'entrainement à l'aréna de Ste-Foy où Joe sakic avait calmé à sa manière un supposé goon du nom de Jacques Mailhot. Mailhot se promenait les baguettes en l'air et frappait inutilement tout ce qui bougeait. Sakic s'était approché de lui lors d'un arrêt de jeu et lui avait glissé quelques mots à l'oreille. Mailhot ne l'avait pas pris et avait voulu s'en prendre à Sakic. Lors de la mise en jeu' Sakic s'est dirigé vers Mailhot et lui passa l'un de ses patins. Mailhot s'était ramassé les quatres fers en l'air. Mailhot a été rappelé au banc et il n'avait pas rejoué de l'après-midi.

Sakic était un leader silencieux qui faisait parler son bâton. Il avait l'un des tirs des poignets les plus redoutables de la LNH. Malgré le fait qu'il se faisait brasser, intimider et accrocher, il ne se plaignait jamais et redoublait d'effort pour passer à travers ses inconvénients.

Il a gagné deux coupes Stanley avec les AVS, mais il aurait pu en gagner une autre en 94-95 avec les Nordiques. Malheureusement Andy Van Hellemond en avait décidé autrement lors d'une très mauvaise décision face aux Rangers.

Nous étions tous sceptiques lorsque Maurice Fillion avait échangé Dale Hunter aux Caps en retour de Gaétan Duchesne, Alan Haworth et le 15 ième choix qui est devenu Joe Sakic. L'avenir a confirmé la bonne décision de Maurice Fillion.

Plusieurs reprochaient à Sakic son manque d'implication dans la communauté et le fait de ne pas parler français. Sincèrement, je m'en foutais royalement. Tant que le joueur livre la marchandise, je me fous du reste.

Je n'oublierai jamais la performance de Joe Sakic aux JO de 2002 à Salt Lake City. Il avait battu les Américains presqu'à lui seul.

Plusieurs partisans des Nordiques ne mettront pas Joe Sakic sur la même marche que Peter Stastny et Michel Goulet. Probablement à cause de son manque de charisme envers les partisans. Mais pour ses performances sur la glace, il est dans la même catégorie. Même qu'il devance un peu les deux autres par ses bagues de la Coupe Stanley.

Salut Joe et merci pour toutes ses belles années.